banniere bas rubrique marque***

Plus de 5 ans de vie pour Matsha.

Remontons un peu en arrière…

A 23 ans mon état d’esprit était déjà conditionné pour l’entreprise. Souvent qualifiée d’électron libre, l’indépendance était pour moi synonyme d’épanouissement. Et c’est le mot que je choisirai pour qualifier mes 5 ans d’entrepreneuriat. 5 années riche en projets, en apprentissages, en découvertes. 5 années pendant lesquelles j’ai grandis en même temps que ma propre marque. Ce projet rien qu’a moi c’était une évidence. Même si cela n’a pas toujours été rose, je ne regrette rien.

Avec passion et conviction on fait beaucoup plus que l’on ne se l’imagine. On se surprends à découvrir des facettes inconnues de nous même.


1848ee4adff1b07151ae262ccde3d4df

illustration sur le blog de clipper teas

LES PREMICES

J’ai su très jeune que je m’épanouirai dans un milieu créatif. J’ai commencé a customiser mes vêtements vers 12 ans avec des feutres textiles des chutes de tissus. Le résultat n’était pas forcément glorieux ( Expérimentations d’adolescence ;) ) mais étant timide, j’avais trouvé ce moyen d’exprimer ma créativité.  Après l’apprentissage de la couture, j’ai poursuivis par des études artistiques et c’est quelques mois après mon BTS design de mode que j’ai décidé de lancer Matsha.

Après deux stages en tant qu’assistante styliste, j’ai compris que si je voulais une totale liberté de création, avoir la main sur tout,  je devais créer ma propre entreprise.

5302d73f84246095a039d8ad9c9e5782

citation de Georges Clémenceau sur le blog du dimanche

ON COMMENCE PAR QUOI?

Sans penser lancer ma marque dans la foulée, j’ai fais le stage de 6 semaines en création d’entreprise à la chambre des métiers et de l’artisanat. Un stage que je vous conseille vivement si vous souhaitez entreprendre dans n’importe quel domaine. Il vous permet d’acquérir les bases essentielles en terme de gestion d’entreprise avec des intervenants issus du milieu de l’entreprise, de la banque, communication… Vous pourrez prendre connaissance des aides qui peuvent vous être accordées et vérifier la viabilité de votre projet en faisant une étude de marché. C’est un stage riche en informations essentielles. Vous vous doutez bien que lorsqu’on crée une entreprise, on est voués à faire plusieurs métiers en même temps et pas seulement le nôtre. Il faut réellement s’y préparer!

AIDES FINANCIÈRES 

Après 6 semaines baignée dans mon projet de marque, je n’avais plus envie de reculer. Je ne prenais pas de risques à me lancer maintenant financièrement. Au contraire, à 23 ans je me donnais tout le temps de me remettre en question et d’avancer à mon rythme. J’entame alors la procédure de création d’entreprise qui est simplifiée lorsque vous êtes accompagnés par la CMA. Après une étude des statuts, au sein de la formation, celui d’auto entrepreneur était le plus simple pour démarrer avec une entreprise comme la mienne. J’ai pu bénéficier du dispositif NACRE qui accompagne les jeunes entreprises. Grâce à ce dispositif j’ai pu faire un prêt d’honneur ( prêt personnel à taux zéro) délivré par le FONDES, ( aujourd’hui France active) en complément d’un prêt bancaire pour me lancer plus confortablement. Ayant moins de 26 ans lors de la création de l’entreprise et ayant contracté ce prêt d’honneur, j’ai pu prétendre à la PRCE jeunes, une aide financière accordée par la région. Dans mon cas, par la région pays de la loire. Vous avez tous les liens direct vers ces organismes en cliquant dessus. Sachez que toutes ces informations vous sont apportées par ce stage.

A la sortie, vous disposez d’un dossier solide et d’un prévisionnel pour démarcher les banques.

De mon côté j’ai emprunté une somme pour pouvoir m’installer et avoir une petite trésorerie. Tout dépends du type d’entreprise que vous souhaitez créer. Un peu plus tardivement, j’ai lancé une campagne de financement participatif sur Ulule. C’est aussi un bon moyen de récupérer des fonds pour lancer votre projet et de commencer a créer une communauté autour de votre entreprise.

Officiellement lancée le 5 novembre 2014, je dépose mon nom et mon logo à L’INPI dans la foulée afin d’en avoir le monopole. Accompagnée de Manue (graphiste web) et Justine (intégratrice web) l’eshop Matsha voit le jour en décembre. J’ai eu la chance d’être très bien entourée à ce sujet car créer un site de vente en ligne coûte cher! Tout de même, lorsqu’on est créateurs on dispose de plateformes comme ETSY pour vendre en attendant de pouvoir créer son propre site.

Infographie+-+7+étapes+de+la+création+d'entreprise